Vous avez des difficultés à comprendre ce que disent les ados et les jeunes de votre entourage ou de votre famille ? Vous êtes au bon endroit ! je vous propose accroître votre compréhension du langage des moins de 20 ans, avec un lexique des termes, abréviations et expressions les plus utilisés par les jeunes et les ados actuellement. .

bien évidement, la plupart des 12-20 ans n’utilisent que ponctuellement et partiellement ces termes ,n’allez pas généraliser ou avoir une interprétation excessive de ce lexique inspiré par le langage des jeunes : personne ne construit des phrases avec l’intégralité des termes, expressions et abréviations listés ci-dessous.

Enfin, je vous invite bien évidemment à compléter cet article en utilisant la section des commentaires, en fin d’article, pour me soumettre des termes du langage des jeunes à ajouter dans la prochaine édition !

40 mots du langages des jeunes et des ados en 2019

A la bien. L’expression a deux significations différentes. La première : “A la bien” signifie “bien”. Faire ça “à la bien”, c’est faire quelque chose de façon soignée, convenablement. La seconde : une situation tranquille, plaisante. Se mettre à la bien, c’est se mettre à l’aise, se détendre, passer un bon moment. Expression popularisée par la chanson (sortie en 2007, ça commence à dater !) du rappeur marseillais Soprano, mais toujours utilisée. A découvrir dans le clip ci-dessous :

AFK : abréviation de “Away from keyboard”, expression anglaise qui signifie “loin du clavier”. En d’autre termes : en train de manger, de dormir, de prendre une douche, bref, permet de signifier que l’on est plus devant l’ordi ou sur son smartphone. Très utilisé sur les chats (chatétant ici le mot anglais pour désigner les discussions en ligne, rien à voir avec le monstre domestique velu qui griffe vos rideaux et miaule à 5 heures du mat’ pour sortir chasser).

BDR : abréviation. Être au BDR, c’est tout simplement être au bout du rouleau. Et quand on est au bout du rouleau, l’énergie manque pour écrire des mots plutôt que des abréviations, c’est connu.

BG : abréviation de “beau gosse”. Désigne non pas un enfant aux physique délicat, mais un (jeune) homme séduisant. Notez que parfois, le BG est autoproclamé. Ce qui est à la fois ridicule, et bien peu modeste.

Cheh : interjection issue de l’arabe qui signifie “bien fait !”, voire plus précisément “bien fait pour toi !” selon les circonstances. Parfois orthographié sheh. Très utilisé, même chez les moins de 10 ans (j’ai un témoin vivant de cette affirmation au sein même de mon domicile).

Clash : le terme est issu de l’anglais et signifie à la base “un choc, un accident, un combat”. Cet anglicisme désormais omniprésent (même dans les jeux mobiles, Cf. le succès de Clash of Clanset de Clash Royale) désigne un affrontement entre deux ou plusieurs personnes. Affrontement le plus souvent verbal, mais qui peut passer à la violence physique. Exemple avec cette vidéo du célèbre youtubeur Cyprien qui moque, avec beaucoup de talent, le “clash des gitans” qui fut un grand moment d’internet – et dans le genre clash, il faut reconnaître qu’il y avait de l’idée et de l’imagination au service de la poésie et de la communication verbale :

Cosplay : c’est un mot-valise composé des termes “costume” et “play”. Il désigne ainsi, comme le résume si bien Wikipédia, “un loisir qui consiste à jouer le rôle de ses personnages en imitant leur costume, leurs cheveux — à l’aide d’une perruque ou en réalisant la même coupe de cheveux que celle du personnage — et leur maquillage“. La mode du cosplay vient essentiellement de deux milieux, les mangas et le jeu vidéo, mais il s’inspire aussi parfois du cinéma, des dessins animés ou des séries TV. Les Québécois lui préfèrent le terme “costumade”, plus français il est vrai. Mais tout de suite, ça claque moins.

Crush : désigne la personne dont on est amoureux – sans que cette personne ne soit au courant. Sinon, ça veut dire que sois tu t’es dévoilé(e), soit tu t’es fait cramer (dur). C’est un terme anglais. “To have a crush“, c’est avoir un coup de coeur, le béguin (terme démodé depuis les environs de 1967) pour quelqu’un. Crush est utilisé comme nom mais aussi, plus rarement, comme verbe, dans des phrases du genre “j’ai crushé sur lui”. Notez qu’en dépit de la présence du terme dans le nom du jeu vidéo “Candy Crush“, le terme n’a rien à voir avec l’univers de la confiserie – vous êtes prévenus, ça vous évitera bien des gaffes.

Dab : c’est un mouvement réalisé avec les bras, qui n’a donc rien à voir avec un DAB(Distributeur automatique de billets). Pour reprendre la définition de Wikipédia, qui fait le taf mieux que moi, “le dab est un mouvement chorégraphique où le danseur place simultanément son visage dans le pli du coude, tout en pointant le ciel dans la direction opposée avec les deux bras parallèles”. A priori le mouvement serait né dans la scène hip-hop à Atlanta, mais moi je suis plutôt branché rap West Coast (2Pac, Nate Dogg, Warren G, Dr Dre, Xzibit, Ice Cube, tout ça), alors le dab, je trouve ça insignifiant. Je lui prédis le même avenir que la tecktonik, tiens. Le geste a surtout été popularisé par les footballeurs, notamment Paul Pogba, quand ils célèbrent une victoire. Sachez que vous pouvez même le conjuguer : le verbe dabber est très utilisé.

Daron / daronne : termes qui désignent respectivement le père et la mère. En fait, cela fait longtemps que le terme existe. Quand je dis longtemps, il ne s’agit pas de quelques années, mais de plusieurs siècles ! Le terme était semble-t-il utilisé dès le 17e siècle pour désigner le maître de maison, puis le patron. Le Larousse sous-entend qu’il pourrait être le résultat de l’association des termes “baron” et “dam”, qui désignait un seigneur en ancien Français. Bref, ton daron, c’est ton papa, ton géniteur, ton paternel, ton vieux. Le terme daronne a connu un regain d’intérêt suite au buzz suscité par l’altercation filmée entre des participants à un tournage de clip de rap et les forces de l’ordre, au cours de laquelle un pré-ado a lancé aux forces de l’ordre “vos daronnes elles boivent du Sprite sa mère“. Voilà ce qui arrive quand on veut jouer au thug sans avoir travaillé au préalable ses punchlines.

Déclassé : trop classe, au dessus du lot, top of the pop, trop trop bien. Alors qu’à la base, le terme désignait une personne déchue, qui a perdu son statut social (ou, à la limite, un sportif sanctionné pour avoir enfreint le règlement). Le sens du terme a donc été tout simplement inversé, et ne s’applique plus aux personnes, mais aux objets. Le langage des jeunes a ses raisons que la raison ignore.

Déter : version raccourcie de “déterminé”. Se prononce “déterre”. Être déter, c’est donc être partant, chaud, à bloc, super motivé.
Petite explication de texte en vidéo et en musique avec Greg Frite sur la chaîne Youtube KassDed

Déso pas déso : expression qui signifie en raccourci “J’aimerais te dire que je suis désolé mais en fait, non, je ne le suis pas du tout”. Peut remplacer l’expression désormais surannée “Je m’en bat les steaks”. Oubliez également “Désolé. Ou pas.”, car du fait de la surabondance de “ou pas”, quasiment devenu un élément de ponctuation à part entière, son usage est aujourd’hui moqué.

DSL : abréviation de “désolé”.

Frais : synonyme de “trop bien”, “stylé”, “cool”; “génial”. Rien à voir, donc, avec la température du yaourt que vous venez d’extirper du frigo.

Fdp : abréviation de “fils de pute”. Plutôt trivial, donc. Notez ainsi que l’usage de l’abréviation (et plus encore des termes qu’elle évoque) risque de froisser plus ou moins irrémédiablement votre interlocuteur. Préférez “maraud”, “fripon” ou à la limite “rustre”, cela démontrera l’étendue de votre culture et vous évitera de prendre un taquet dans les mandibules.

Gadjo / gadji : ces deux termes très utilisés dans la région marseillaise (mais aussi ailleurs !) servent à désigner un garçon ou une fille. Mais ces mots n’ont à la base rien de marseillais : ils sont issus du romani, et servent à la base à désigner les individus qui ne font pas partie de la communauté rom.
Exemple (pour l’explication de texte sur “nudes, voir ci-après) :

Gavé : synonyme de “trop”. Terme issu de la région bordelaise, ou son utilisation reste essentiellement cantonnée, même si les réseaux sociaux contribuent à propager son usage au-delà de Bordeaux.

Game : terme issu de l’anglais et qui signifie “jeu”. Le terme “game” est utilisé en français pour signifier un milieu, un univers, par exemple “le rap game”, “le youtube game”, etc. Le terme est également employé dans l’expression “fin du game”, qui signifie potentiellement plusieurs choses : qu’une personne maîtrise mieux que quiconque son domaine d’activité, que l’on est soi-même à l’origine d’un fait exceptionnel, ou que l’on vient de clasher son adversaire à tel point qu’il peut retourner dans les jupes de sa daronne.

Hype : terme anglais qui signifie “battage médiatique”, “matraquage publicitaire”. En Français, le sens est différent. Avoir la hype, c’est être très excité et impatient à propos de quelque chose, la plupart du temps un produit dont la commercialisation est proche. Par exemple, le prochain smartphone Samsung (s’il ne prend pas feu) ou la Nintendo Switch (300 € pour jouer à un énième Zelda, super). Hype se décline aussi en participe passé, il n’est pas rare que quelqu’un se dise “hypé”, voire “overhypé”.

Mav : abréviation de “ma vie”, parfois écrit sous la forme abrégée “MV”. Contrairement à ce qu’il serait tentant de croire, “ma vie” ne fait pas référence à sa propre existence mais permet de désigner son meilleur ami ou sa meilleure ami (le terme est toutefois nettement plus utilisé par les filles que par les garçons), ou son amoureux(se).

Lossa : verlan de salaud, mais dans le sens “malin, rusé”. Parfois, le terme est aussi utilisé pour désigner les relations, les potes, alors désignés comme “les lossas”.

Magl : parfois orthographié “magle” ou “maggle”. Se prononce tout simplement “ma gueule”, et ne désigne pas le visage du locuteur, mais permet d’apostropher une connaissance (de préférence amicale) afin de prendre de ses nouvelles. Ainsi, wesh ma gueule, bien ou bien ? peut se traduire par “Bonjour mon ami, comment allez-vous ?”

Mort. Sous-entendu “de rire”. Ainsi, à ne pas comprendre dans le sens “passé de vie à trépas”, mais plutôt comme substitut à l’expression “c’est trop, j’en peux plus de rire, ça me tue tellement c’est drôle”. Les moins feignants écrirons “je suis mort”, les plus épuisés se contenterons de “mort.” – le point final appuyant le propos.

Nude  : un nude, c’est une photo de soi dans le plus simple appareil. L’explication ? En anglais, nude veut dire nu.  La meilleure chose concernant les nudes est d’éviter d’en faire ou, à tout le moins, de les partager. Sauf si tu veux que la photo de toi nu(e) en gros plan fasse le tour du ter-ter en moins d’une demi heure. C’est toi qui vois.

Newbie : parfois écrit “noob“. Terme issu de l’anglais qui désigne un débutant, une personne sans expérience. Presque toujours employé de façon péjorative et méprisante : être un newbie n’a vraiment rien de glorieux. Très utilisé dans l’univers des jeux vidéo.

Peufra : verlan de frappe. Une peufra (ou une frappe, donc), c’est une très jolie fille. Une bombe, comme le disaient les jeunes dans les années 1990 – c’est-à-dire à la préhistoire. Notez qu’on reste dans un champ lexical très militaire. Le terme est aussi utilisé dans l’expression “c’est de la peufra” (ou “c’est de la frappe”, qui remplace de la même façon l’antédiluvienne expression “c’est de la bombe”, pour désigner un objet, une situation ou un événement hors normes. Enfin, sachez que peufra est aussi parfois utilisé pour désigner du shit (c’est-à-dire de la résine de cannabis).

PTN : abréviation de putain. Une abréviation d’interjection, voilà un bel effort d’évolution du langage/ Et hop, les voyelles, ça dégage. Notez que pour d’évidentes raisons de difficultés de prononciation, PTN est réservé à une usage écrit. Si vous cherchez à en placer un à l’oral, vous aurez juste l’air très con. Enfin, l’abréviation peut parfaitement fonctionner en combo : “TG PTN”.

Schlag : (parfois orthographié Chlag ou chlague). Un(e) schlag, c’est un nul, un déchet, un gros flemmard ou un mec cradingue qui ne fait rien de sa vie et de ses journées. Fonctionne comme substantif mais aussi comme adjectif (“je sors pas je suis trop schlag”). C’est aussi un terme allemand qui signifie coup, gifle – rien à voir, donc. A la base, le terme désignait surtout les drogués et les alcooliques, ou encore les clochards.

Socoman : également orthographié so coman, voire so comman (avec ou sans espace). Le terme a fait une véritable invasion sur les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter. Pourtant le mot n’est pas un néologisme, ni un emprunt à une autre langue. Il s’agit tout simplement d’une prononciation déformée de “C’est comment ?”. Socoman a fait le buzz suite à une vidéo postée par le compte Youtube ElhadjOfficiel, dans lequel le jeune youtubeur passe un certain temps à répéter le terme. Qui est devenu, depuis, un véritable signe de ponctuation décliné à toutes les sauces, et souvent précédé d’un hashtag. C’est marrant, mais pas plus de 5 minutes, en fait.

Street : terme anglais qui désigne la rue. Mais évoquer “la street”, c’est parler de la zone, du quartier, plus que d’une rue. D’où l’expression “street credibilty”. Et si t’en as pas, c’est que t’es pas un thug, mais juste un bolosse bon à se faire victimiser. Retourne pleurer chez ta daronne.

Ter-ter ou Terter : désigner le quartier, le secteur. Le terme a clairement ringardisé le mot verlan “tiéquar”.

Tarpin : synonyme de “trop” ou de “très”. Issu de la région marseillaise.
Exemple avec le clip de la chanson dédiée à ce terme par L’Algerino :

TG : acronyme de “ta gueule”. Pour plus d’efficacité, peut être utilisé en combo. Exemple : “Mais TG FDP PTN !”, qui marque un certain agacement de la part du locuteur. Existe dans la variante FTG, acronyme de “Ferme ta gueule”. Plutôt trivial, à utiliser avec modération et en connaissance de cause.

Toz, parfois écrit ou prononcé “atoz” ou “a toz”. Le terme signifierait “pet” en arabe, mais je n’en ai aucune certitude – si un arabophone dans la salle peut confirmer ou infirmer, je l’en remercie d’avance… Le terme est utilisé pour marquer l’indifférence (“je m’en fous”), un refus (“même pas en rêve ! dégage !”) ou l’exaspération (“ça commence à me saouler”).

Timp, parfois orthographié timpe. Verlan de putain. Pas super, super courtois, n’en abusez pas dans vos phrases et conversations.

Ci dessous un liste de mots complémentaire qui pourrait vous intéresser:
Archi : synonyme de ouf, pour marquer la force d’une chose (un survêt Tacchini avec un foulard Hermès, c’est archi chelou quoi, t’as vu)
Askip : à ce qu’il parait
Att : attends
A tt : à toute
Auch : verlan de chaud = difficile
Azy : vas-y, fais-le
Badass : dur à cuire, courageux
Bader : déprimer (= avoir un coup de bad)
Bae (before anyone else) : petit(e) ami(e)
Bail : c’est les affaires , genre « gère tes bails » = gère tes affaires , tes trucs
Balec : abréviation de « je m’en bats les couilles » = je m’en fou
BB : abréviation de bébé
Bédave : fumer un joint (ou autre substance illicite), à rapprocher du bédo
Belek : faire attention à quelque chose
Bendo : quartier, cité ; vient du créole « abandonné », avec plutôt le sens de l’endroit où l’on squatte
Besta/Bestah : meilleure amie, équivalent de BFF (best friend forever)
Bicrave : vendre
Bif : argent
Bim : équivalent de l’ancien « bacher » ou « cher », pour exprimer son contentement sur la façon dont on se sent supérieur dans ce qu’on a fait, ou rabaisser une personne dans ce qu’elle a vécu. Mot utilisé par exemple dans la série Soda, si tu as besoin d’exemples concrets 

Blase : nom ; un peu tombé en désuétude
Boloss/Bolosse : looser, perdant.
-que veut dire boloss ?
-si on te le dit, tu le sauras…
BoT : abréviation de beauté
Calculer : prêter attention à quelqu’un
Canard : garçon qui n’est pas le dominant dans le couple
Capter : comprendre
Carotter : voler (ou emprunter sans intention de rendre :D)
Cassos : cas social, peut être synonyme de boloss
Chanmé : verlan de méchant, synonyme de archi en un sens = c’est très bien
Chiller : s’amuser, se détendre
Cibiche : cigarette
Crari : genre, donner l’impression de, se la raconter, se la jouer (bon t’as compris, viens pas faire chier, boloss !)
CV : ça va ?
Dar : bien, cool
Daron/daronne : papa/maman
De fou : beaucoup, limite abusé
Fake : faux
Flamber : se vanter
Frais : se dit généralement dans l’expression « être frais », pour dire être « c’est cool » en gros ; utilisé aussi pour dire beau/belle voire un peu plus familièrement le sens sexy
Friendzone : zone amicale : deux personnes restant dans la friendzone resteront amis, sans relation autre (amoureuse ou sexuelle)
Gamos : grosse voiture, généralement pour les voitures de sport ou autres grosses cylindrées
Garo : cigarette
Gavo : voiture (accessoirement verlan de vago, terme usité quand j’étais jeune…bref, c’est ancien quoi)
GG : à la base terme de gamer (joueur de jeu vidéo) pour dire « good game » pour montrer à son adversaire qu’il a bien joué, ce « bien joué » peut être utilisé dans moultes situations
GJ : « Good job », similaire à GG
Ghosting (et ghosté/ghosteur) : terme signifiant de mettre fin à une relation (amoureuse, amicale, voire juste pour une sortie prévue) sans explication et brutalement. Un Ghosteur applique cette méthode, un ghosté en est victime
Gova : voiture
Gow : bonne copine voire meilleure amie, synonyme alors de besta ; de plus en plus utilisé pour parler aussi de sa petite copine, au sens « ma meuf » ou « ma nana » du coup
Grailler : manger
Gros : façon d’interpeller style « éh mec », parfois utilisé aussi entre potos pour se saluer
Guedin : verlan de dingue
Hass ou Hess : misère, galère
Haters : terme anglais, pour ceux qui critiquent, puttisent
Hebs : prison
Iench : verlan de chien, utilisé pour critiquer quelqu’un qu’on n’aime pas, ou dans l’expression « être en iench/chien », signifiant être en manque (de sexe, généralement)
Inch’Allah (originellement In Shaa Allah) : « si Dieu le veut », évoque le désir et l’espoir de voir une action se réaliser dans l’avenir
Incruste / se taper l’incruste : imposer sa présence alors qu’elle n’était pas désirée
Jtm : simple abréviation de je t’aime
Kawaii (parfois écrit kawaï) : mignon ; si le sens usuel se rapporte à tout ce qui est mignon, peut aussi être utilisé pour le type de tenues que peuvent porter les fans de mangas/animes, ressemblant aux tenues des héroïnes de ces supports (qu’on appelle le cosplay)
Keh : pute, au sens de salope/allumeuse
Ken : peut avoir deux sens, s’agissant dans tous les cas du verlan de niquer. « Je veux la ken » sera au sens « je veux la baiser » ; « je vais te ken » pourra avoir aussi le sens de « je vais te pourrir la gueule ». Oui, c’est fin.
Khey/Khoya : frère, un peu synonyme de soce
Kiff/kiffer : aimer
Mifa (ou mif) : famille
MILF : acronyme de Mother I would like to fuck, pour parler d’une mère qu’on trouve très sexy
Miskine : terme vieillissant, avoir pitié d’une personne, comme si on disait « le pauvre »
No rage : demander à quelqu’un de se calmer, ou de ne pas s’énerver ; peut être utilisé dans le même contexte que « stop flame » en demandant à quelqu’un de calmer ses ardeurs
NTM : « nique ta mère », pas forcément employé négativement quand pris au second degré entre potes ; sinon négativement pour reprocher à quelqu’un ses actes
Obvious : évident, se dit lorsqu’une chose était évidente
OKLM («  au calme ») : être à la cool, tranquille
OMG : oh my god, terme qui tient dans le temps car assez vieux
Owned : dominé, surtout utilisé dans les jeux vidéos lorsqu’on s’est fait vraiment malmené
Passé crème : « sans souci », les choses se sont bien passées
Pécho : généralement utilisé pour dire qu’on s’est fait quelqu’un
Pk : abréviation de pourquoi
Posey : être posey, bien installé, utilisé comme synonyme d’OKLM parfois
Poucave (ou balance) : dénonciateur
Ragale : se faire victimiser/se faire rendre minable
Rageux : personne à l’esprit critique très développé…trop, en fait
Reuf : frère
Reuss : soeur
Rodave : se faire attraper/prendre
S’ambiancer : se mettre dans l’ambiance, avoir l’esprit à faire la fête
S’arracher : partir
S’enjailler : synonyme de s’ambiancer (abuse pas, c’est la ligne du dessus)
S’hab (mon s’hab) : mon pote
Saucé (être saucé) : être enthousiaste
Sbeul : bordel, bazar
Seum : déception, utilisé dans l’expression « avoir le seum »
Ship : espérer fortement un couple, notamment dans les films/séries pour espérer une relation fictive entre deux personnages
Skred : discret (vient de skrédi en verlan) ; « en skred » : discrètement
Soce/soss/poto : ami, pote (vient d’ « associé »)
Soin : stylé, beau ; synonyme de swag
Soumsoum : en sous-marin, discrètement
Staïve : peut être traduit par c’est ta vieje m’en fous
Starfoullah (souvent prononcé starfAllah) : à l’origine signifie une demande de pardon à Dieu ; le sens originel a été largement déformé et aujourd’hui ce mot peut souvent être utilisé comme une interjection dans le langage commun, pour exprimer la surprise, ou encore le dégoût/qu’on est dépité par quelque chose
stremon : verlan de monstre
Surkiffer : adorer ; vient de kiffer, mais en plus fort
Swag : stylé ; terme qui reste sur le fond un peu flou, il est donc difficile de répondre précisément à la question « que veut dire swag » 

Tchatcher : séduire/période du flirt
Tchip : bruitage vocal marquant la désapprobation
Tchoin : un peu comme keh, en version plus soft : une fille facile quoi (notamment utilisé par Booba dans un de ses titres)
Thug : caïd, le boss du quartier (= le roi du monde quoi)
Tease : alcool ; teaser : boire plus de que raison
Tèj : jeter ; « se faire téj » : se faire jeter, se faire plaquer/engueuler
Tepu : pute en verlan, pas forcément employé au sens de Marie couche toi là, mais plutôt dire à quelqu’un que quelque chose ne se fait pas
Tg : ta gueule
TKT : abréviation de « t’inquiète », pour rassurer son interlocuteur
Toz : refus direct/catégorique
Trankil (ou trkl) : voir « OKLM »
Troll : réaction disproportionnée ou stupide à un propos, le troll traîne souvent sur les forums
Twerk (ou twerker) : sorte de ***danse*** qui consiste à tortiller du cul de façon très rapide histoire de mettre en émoi les hormones des spectateurs masculins
Victimiser : rabaisser voire humilier une personne, en faire sa victime
Wallah : jurer (avec connotation religieuse, en jurant avec l’appel de Dieu comme témoin, en gros)
Wam : verlan de moi
Wesh (ou wsh) : peut signifier une sorte de « bonjour, bien ou bien (= ça va) ? », ou également pour parler d’un jeune de banlieue (synonyme de cousin utilisé en ce sens également)
Yomb : énervé
Zoulette : fille habillée trop vulgaire, ou à la mode de banlieue
Zouz : fille, femme ; si précédé par un possessif, veut dire ma femme, ma meuf

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here